Le canton et la Source inaugurent une plateforme d’innovation pour les soins

Avec un homme de plus sur le terrain juste avant la pause, Servette a fait ce que l’on attendait de lui à la Tuilière. Les Genevois ont parfaitement géré ce derby lémanique (victoire 3-0).

“C’est certain que cette victoire fait plaisir, commente le gardien Jérémy Frick. Il y a un petit air de déjà vu avec ce succès sous la neige et nos supporters qui arrivent en retard. C’était le scénario parfait pour eux et pour nous. On a réussi à confirmer ce qu’on avait montré la semaine passée. On a eu du déchet et tout ne fut pas parfait, mais on va retenir qu’on a marqué trois buts et qu’on n’en a pas encaissé.”

Mais le dernier rempart des Grenat ne voulait pas dépeindre un tableau trop idyllique sans revenir sur l’expulsion de Puertas juste avant la pause: “On ne va pas se mentir, cela nous a grandement facilité la tâche. Mais ce n’est jamais chose aisée de gagner contre une équipe comme Lausanne qui pouvait tout avoir de l’animal blessé. Il fallait marquer rapidement en deuxième mi-temps et ne pas encaisser. C’est ce qu’on a fait et plutôt bien.”

Surfer sur ces deux victoires

Ce deuxième succès de rang ramène un peu de calme dans le vestiaire genevois. “Tout n’est pas parfait, mais effectivement il y a un peu plus de sourires à l’entraînement, confie le gardien. On doit maintenant tout faire pour arrêter avec ces séries de défaites. On rejoue sur un synthétique le week-end prochain contre un grand YB, à nous de faire en sorte d’aller chercher ces trois points.”

Et si le portier affichait un beau sourire, c’est aussi parce qu’il a signé un “clean sheet”: “Je le cherchais depuis un petit moment comme un attaquant cherche un but quand il ne marque pas. Cela fait du bien et apporte de la sérénité. C’est une préparation optimale avant d’affronter le champion.”

Dans le camp des vaincus, les mines étaient forcément basses. Et bien entendu, les Lausannois n’ont pas occulté l’expulsion de leur coéquipier. “Ca tue le match, lance le défenseur Anel Husic. On était bien. On n’était pas meilleur qu’eux, mais c’est dommage de prendre un rouge juste avant la mi-temps. En deuxième, ils sont clairement au-dessus. Ils attaquent et ils marquent. Ensuite on lâche et ils mettent le deuxième. On pousse pour essayer de mettre le 2-1 et on prend le troisième. Maintenant il faut tourner la page.”

A la mi-temps, le coach a cherché à motiver ses troupes. “Il nous a dit que même avec un joueur en moins, on pouvait le faire, relève Husic. Malheureusement ça ne l’a pas fait. Si on avait pris le premier but vers la 65e, cela aurait peut-être changé quelque chose.”

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Source

Start typing and press Enter to search