Blog

Innovation Santé

Les tarifs des complémentaires santé vont grimper

Les tarifs des complémentaires santé vont grimper

Les mutuelles attribuent la hausse tarifaire de 2022 à l’entrée en vigueur totale de la réforme du «100 % santé».

Assurance Mauvaise nouvelle pour les assurés. Les cotisations des mutuelles augmentent de 3,4 % en moyenne cette année, a annoncé vendredi la Mutualité française. Cette dernière a réalisé une enquête auprès de 32 organismes couvrant 17 millions de Français. Cette hausse, supérieure à celle de l’inflation (2,8 % en 2021), est plus forte qu’en 2021 (+ 2,6 %). Elle est plus marquée pour les contrats collectifs obligatoires en entreprise (+ 3,8 %) que pour les contrats individuels (+ 3,2 %), souscrits notamment par les retraités. Les disparités sont cependant importantes d’une mutuelle à l’autre et 20 % d’entre elles, notamment la Matmut, vont geler leurs tarifs.

À lire aussiAssurances: les contrats des complémentaires santé bientôt plus lisibles

À l’automne, le ministre de la Santé, Olivier Véran, leur avait pourtant «demandé avec fermeté de modérer la hausse des cotisations». Mais 2021 «a été atypique avec une augmentation inédite des dépenses de santé liée aux rattrapages des soins» après le coup d’arrêt de 2020, fait valoir la Mutualité française.

Les mutuelles attribuent également la hausse tarifaire de 2022 à l’entrée en vigueur totale de la réforme du «100 % santé», qui permet aux assurés de s’équiper en prothèses dentaires, auditives et en lunettes sans reste à charge. «Le marché est déficitaire et le “100 % santé” génère des dépenses supplémentaires», estiment plusieurs experts de l’assurance.

À lire aussiLes assurances santé secouées par la crise sanitaire

Cette tendance haussière pourrait se poursuivre. Une étude de la Mutualité note qu’entre 1999 et 2019 les cotisations ont augmenté «de la même manière que les dépenses de santé». Or, le budget de la Sécu pour 2022 prévoit une augmentation de 3,8 % de l’objectif national de dépenses d’assurance-maladie, hors coûts de la crise sanitaire.

Source