Blog

Innovation Santé

Nouveau robot Da Vinci X : une avancée majeure pour les opérations thoraciques et les traitements des cancers urologiques

Nouveau robot Da Vinci X : une avancée majeure pour les opérations thoraciques et les traitements des cancers urologiques

L’Hôpital privé Claude Galien (Ramsay Santé) situé à Quincy-sous-Sénart (Essonne) dispose désormais d’un robot d’assistance chirurgicale dernier cri pour les opérations thoraciques et les traitements des cancers urologiques : le Da Vinci X. Opérations chirurgicales raccourcies, douleurs et séquelles moindres, retour plus rapide à l’autonomie : cette prouesse technologique offre de nombreux avantages, tant pour les praticiens que pour les patients. Éclairage avec les Drs Coblence, Elalouf et Defontaines, chirurgiens au sein de l’établissement.

Des tumeurs très complexes ôtées grâce au robot

À partir du début de l’année 2022, le robot Da Vinci X va assister les praticiens dans le cadre d’opérations thoraciques et de traitements des cancers urologiques (prostate, rein et vessie).

Grâce à un écran offrant une vision en trois dimensions du champ opératoire, les praticiens vont pouvoir commander à distance les bras articulés du robot, disposés au-dessus du patient. Cette prouesse technologique multiplie par 15 la précision et la finesse des gestes opératoires par rapport à un acte chirurgical classique.

Les bras du robot, tels de véritables doigts humains, vont permettre de réaliser des gestes chirurgicaux inédits, à même d’ôter des tumeurs très complexes. « Dans le cadre d’une opération du cancer de la prostate, la facilitation de l’accès à l’organe va permettre de diminuer les risques postopératoires d’incontinence et de dysfonctionnement de l’érection », note le Dr Defontaines, chirurgien urologue au sein de l’établissement. « Lors d’une opération du cancer du rein, l’outil technologique va nous éviter de procéder à l’ablation totale de l’organe » affirme de son côté le Dr Elalouf, chirurgien.

Retour plus rapide à l’autonomie pour les patients

Outre ces avantages offerts en matière de traitements des cancers urologiques, le robot Da Vinci X va également être utilisé dans le cadre d’opérations chirurgicales thoraciques. « Cet outil nous assistera notamment dans la réalisation des résections pulmonaires (ablations de tumeurs des poumons), des lobectomies et des segmentectomies (ablation d’un segment d’un lobe d’un poumon) », note le Dr Coblence, chirurgien thoracique et cardiovasculaire au sein de l’établissement.

Ce nouveau robot Da Vinci X permet une chirurgie mini-invasive, qui préserve au maximum les tissus sains des patients. Il en résulte une durée d’hospitalisation plus courte, des douleurs plus faibles, des séquelles moins importantes et donc un retour plus rapide à l’autonomie.

Les chirurgiens viscéraux et digestifs, ainsi que les gynécologues (notamment dans le cadre des cancers du col de l’utérus) seront progressivement appelés à utiliser ce robot. « Par son côté novateur, le Da Vinci X fédère et stimule véritablement toutes les équipes de soins » affirment les trois chirurgiens.

Utilisation de la réalité augmentée dès 2022

Cet équipement de pointe s’inscrit au cœur des nombreux projets de recherche de l’établissement, à l’instar de la réalité augmentée.

En effet, grâce à des images issues de scanners préopératoires notamment, des programmes informatiques réalisent une modélisation en 3D des organes des patients. Celle-ci est ensuite incrustée dans le champ visuel des chirurgiens, ce qui leur permet de localiser les vaisseaux et les tumeurs qui ne sont pas directement visibles. La réalité augmentée permet ainsi de sécuriser encore davantage l’acte chirurgical.

« Cette technique révolutionnaire connaît actuellement un essor considérable, notamment en matière de chirurgie thoracique. Nous allons commencer à l’utiliser dès le début de l’année 2022, en complément du robot Da Vinci X », explique le Dr Coblence.

L’Hôpital privé Claude Galien s’affirme ainsi comme un véritable pôle d’excellence en matière d’innovations technologiques au service des patients.

Source