Blog

Innovation Santé

Comment prendre en charge de l’endométriose ?

Comment prendre en charge de l’endométriose ?

L’endométriose est une maladie chronique de la femme qui se caractérise par le développement de tissus similaires à la muqueuse de l’utérus à l’extérieur de cet organe. Détails sur la prise en charge de cette pathologie à la Clinique de l’Atlantique (Ramsay Santé), située à Puilboreau (Charente-Maritime) avec le Dr Adrienne Garrigue, gynécologue médical et obstétrique. 

L’endométriose est une maladie chronique qui affecte l’endomètre (tissu qui tapisse l’utérus). Ce dernier se développe à un ou plusieurs autres endroits, à l’extérieur de l’utérus (ovaires, trompes de Fallope, intestins…) et forme des lésions bénignes, plus ou moins étendues. Ces tissus subissent par la suite des transformations similaires à celles qui se produisent dans l’utérus au cours du cycle menstruel, entraînant le plus souvent des douleurs lors des règles (persistantes sous anti-inflammatoires) et des rapports intimes. Elle peut également être un facteur d’infertilité pour environ 30 % de femmes touchées par cette maladie. 

Près de 2,5 millions de Françaises concernées

Chez les patientes atteintes d’une forme sévère de la maladie (stade 3 ou 4), l’endométriose peut atteindre d’autres organes (notamment pelviens), à savoir : le rectum, le vagin, le côlon, la vessie, l’uretère, le diaphragme ou encore les poumons. « En France, on estime que cette maladie touche environ 10 % des femmes en âge de procréer, soit 2,5 millions d’entre-elles », explique le Dr Adrienne Garrigue, gynécologue médical et obstétrique. 

Le diagnostic de l’endométriose à la Clinique de l’Atlantique

À la Clinique de l’Atlantique, le Dr Adrienne Garrigue propose une consultation double (d’une durée de 30 minutes) aux patientes souffrant potentiellement d’endométriose. « Après un interrogatoire poussé, une échographie pelvienne est généralement prescrite afin d’écarter l’hypothèse d’une autre affection », détaille l’experte. D’autres examens supplémentaires peuvent être recommandés (tels qu’une IRM afin de cartographier les lésions), notamment en cas d’échec de traitement médicamenteux (anti-inflammatoires, traitement hormonal). 

Les traitements de l’endométriose

« Bien qu’elle ne puisse pas être totalement traitée, l’endométriose peut être soulagée de plusieurs façons, selon : les symptômes et leur sévérité, l’emplacement et l’étendue des lésions, ainsi que le potentiel désir de maternité de la patiente », insiste la spécialiste. 

Les options de traitements sont : 

–    La thérapie médicale (analgésique et/ou hormonale) permettant de soulager les symptômes. Elle ne diminue toutefois pas l’étendue des lésions. 
–    Le traitement chirurgical généralement indiqué en cas d’endométriose avancée, d’infertilité et d’échec thérapeutique (réalisé par trois chirurgiens spécialisés à la Clinique de l’Atlantique : le Dr Adrienne Garrigue, le Dr Jérôme Menard et le Dr Gwénaëlle Corbineau). 

« Avec la demande de labellisation à l’Agence Régionale de Santé (ARS), notre établissement ambitionne de continuer à développer son offre de prise en charge pluridisciplinaire et globale à l’ensemble de nos patientes, alliant médecine conventionnelle et médecine douce (telle que l’ostéopathie) », conclut l’experte. 

Source