Blog

Innovation Santé

“La F1 doit devenir un modèle d’innovation”

“La F1 doit devenir un modèle d’innovation”

  • lundi 20/06/2022 à 10h14 – Mis à jour à 10h57
  • Sports

Par La Provence Médias – Contenu Sponsorisé

Depuis bientôt cinq ans, le Grand Prix de France de Formule 1 rassemble petits et grands en quête de sensations fortes, autour d’un programme d’exception. Courses, animations et démonstrations vont rythmer les 22, 23 et 24 juillet sur le mythique circuit du Castellet. Tour d’horizon avec Éric Boullier, directeur général du Grand Prix de France de Formule 1.

Le Grand Prix de France de Formule 1 est un événement particulièrement attendu par les fans de sport automobile. En quoi est-il un incontournable ?

Un Grand Prix, quel que soit son pays d’accueil, se prépare en cinq années. Cette attente génère une certaine attractivité, et particulièrement de la part des fans de Formule 1. Si bien que, depuis quelques semaines, nous sommes complets ! Quelques places sont encore disponibles pour les qualifications de vendredi et samedi mais, néanmoins, il est évident que cet évènement mondial, programmé en pleine saison estivale, va faire rayonner la région et le territoire. Plusieurs centaines de millions de téléspectateurs et 200 000 spectateurs sur site sont attendus sur les trois jours du Grand Prix. De ce fait, nous impactons directement l’économie locale, dont les retombées économiques sont évaluées autour de 80 millions d’euros. Sur le plan sportif, c’est un challenge pour les pilotes, mais aussi pour les ingénieurs et les mécaniciens qui les accompagnent. Cette année, nous avons la chance d’avoir deux pilotes français, qui ont gagné chacun un Grand Prix, et un pilote francophone qui se bat pour le championnat.

Quelle mouvance percevez-vous aujourd’hui chez la F1 ?

La Formule 1 a toujours été l’un des grands sports mondiaux majeurs. Depuis quelques années, elle produit un engouement assez exceptionnel chez les 13-25 ans. À mon sens, l’ouverture des réseaux sociaux, la série documentaire Netflix « Formula 1 » ont, par exemple, contribué à l’amplification du phénomène. On le voit bien : les Grands prix affichent complet, les audiences TV battent des records d’années en années. Aujourd’hui, il y a plus de téléspectateurs pour un Grand Prix que pour un match de foot en Champions League !

Le programme de cette année, qu’il s’agisse des courses ou des animations, est dense. Quelles sont les nouveautés qui vont marquer cette édition ?

Notre programme d’animations est effectivement extrêmement chargé et se définit par catégories : zone mini, zone virtuelle, zone maxi, zone extrême, zone ligne de départ et zone concert. En résumé, des courses de championnat de France de modélisme ; des démonstrations de FMX (saut en hauteur avec des motos cross électriques); des shows de cascades avec des véhicules bio-fioul, etc… Autant d’animations qui représentent le sport automobile dans son ensemble, de la mini-voiture télécommandée au Gymkhana (une course d’obstacles au parcours complexe). Le retour de la grande scène de concert, programmée chaque soir de l’évènement, va également marquer ce Grand Prix avec Kungs, Synapson et Magic System.

Depuis l’automne 2021, le Grand Prix de France est le seul organisateur au monde à avoir reçu la certification environnementale Trois Étoiles de la FIA. Quelles sont les conséquences directes de cette attribution ?

La F1, par sa notoriété et son rayonnement, doit devenir un modèle d’innovation. En ce sens, notre plan de mobilité est extrêmement ambitieux : l’accès au circuit est ainsi limité pour les voitures, à l’image du Grand Prix de Hollande, organisé l’an dernier. Nous privilégions les mobilités alternatives, tels que les transports en commun et le covoiturage, que nous encourageons de manière très prononcée. Une application lancée à notre initiative, disponible sur notre site web est d’ailleurs dédiée à cette utilisation conjointe. Afin de fluidifier au maximum les trajets, nous avons décidé de renouveler notre contrat avec Waze, qui déploie des ingénieurs sur place pour optimiser les parcours de chacun. De son côté, la Région met à disposition des TER à 10 €. Ils sont le relai direct de nos Express GP, des navettes gratuites qui assurent les allers-retours entre les gares et le circuit. Au total, 400 autobus, deux gares routières et 13 lignes de bus sont mobilisés pour accompagner nos spectateurs. Un vrai écosystème de mobilité alternative !

Source