Blog

Innovation Santé

Recherche et innovation : nouvel appel à…

Recherche et innovation : nouvel appel à…

Depuis 2018, l’État et la Région Île-de-France, dans le cadre du volet régionalisé du Programme des investissements d’avenir (PIA), intégré désormais au Plan France relance 2030, cofinancent des projets visant à renforcer la compétitivité de filières stratégiques via l’appel à projets SESAME filières PIA. 

Au regard d la qualité des 16 projets retenus lors des quatre premières éditions de SESAME filières dans le cadre du PIA 3 (2018-2020) mobilisant plus de 15 millions d’euros, la Région et l’État ont décidé de relancer ce programme en le dotant de moyens d’engagements renforcés sur la période 2021-2025, dans le cadre du 4e PIA (PIA4) et la mise en œuvre au niveau national du plan France 2030.

Un 1er appel à projets, clos le 30 mai 2022 a vu 5 projets retenus pour une montant total de subventions de plus de 5 millions d’euros.  

Un nouvel appel à projets est ouvert depuis le 19 juillet 2022 et se clôturera le 28 octobre 2022.

L’aide sera accordée sous forme d’une subvention d’un maximum de 2,5 millions d’euros par projet.

Je dépose ma candidature

Pour quel type de projet ?

Les projets doivent contribuer au développement d’une filière stratégique via le recours à des moyens de production ou des infrastructures partagées de recherche et développement, de tests ou d’essais :

  • Plateformes technologiques ouvertes aux PME/ETI, permettant aux acteurs économiques d’accéder à des équipements et formations de pointe, de tester et améliorer leurs innovations, de réaliser des prototypes…
  • Projet intégré de R&D au bénéfice de la structuration ou transformation d’une filière et en lien avec un établissement de recherche public et un(e) ou plusieurs PME/ETI.

Ces projets peuvent également prendre la forme de :

  • Mise en commun de compétences ou équipements techniques favorisant compétitivité et transferts de technologies,
  • Outils collaboratifs permettant à des entreprises et laboratoires publics de partager des outils à vocation non technologique

Qui peut en bénéficier ?

Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche ou de transfert de technologie, localisé en Île-de-France.

Les PME ou  ETI situées en Île-de-France si les projets associent étroitement des établissements de recherche à leur gouvernance et à leur programme d’activités. 

Les candidats doivent démontrer une capacité financière suffisante pour assurer le financement du projet présenté.
 

Les 5 projets lauréats de la dernière édition de SESAME filières PIA 4

Pour la dernière édition de SESAME filières PIA 4, plus de 5 millions d’euros ont été attribués à 5 projets sélectionnés parmi l’ensemble des candidatures.

Ces projets aidés contribuent à l’ouverture des équipements de recherche académiques aux entreprises et favorisent l’émergence de partenariats publics et privés. 

L’école-membre de l’Université Gustave Eiffel développera le projet « PRO-6PO » en créant sur sa plateforme « salle blanche » une ligne pilote préindustrielle pour la fabrication collective de micro-capteurs.

Unique en Île-de-France, celle ligne pilote offrira aux entreprises la possibilité de réaliser en un même lieu et sur les mêmes équipements leurs activités de R&D et de pré-industrialisation dans le domaine des micro et nano technologies, afin d’accélérer le transfert technologique et la mise sur le marché tout en réduisant les coûts de production. Elle renforcera la souveraineté nationale face à la pénurie de composants électroniques et permettra de développer des applications liées à l’environnement ou à la santé. 

  • L’IHU Institut de Cardio-métabolisme et de nutrition (ICAN)

L’ICAN développera le projet de filière « Atlas Cœur  Aorte » afin d’aider les acteurs économiques de l’imagerie médicale, de l’industrie pharmaceutique, des dispositifs médicaux et de la simulation numérique à concevoir de nouvelles approches pour la santé cardiovasculaire.

Ce projetpermettra également la création d’un pôle d’excellence partenariale autour d’une banque d’images labélisées, de logiciels et de biomarqueurs cardiovasculaires validés, ainsi que la mise à disposition d’une imagerie avancée incluant une évaluation anatomique, fonctionnelle mais également hémodynamique du cœur et de l’aorte en population.

  • L’Université Paris Est-Créteil (UPEC)

L’UPEC mettra en place le projet « Inno-SEnSE » dans le but de structurer une plateforme d’Innovation au service des entreprises en santé-environnement. Cette infrastructure de recherche et d’instrumentation sera dédiée au diagnostic et à l’analyse des polluants (eau-air-sol), des risques environnementaux et de leurs impacts sur la santé.  

Le projet a pour ambition de structurer et mettre en valeur la plateforme tout en accélérant le développement d’innovations et leur mise à disposition pour les entreprises et collectivités. 

  • L’université Paris Cité (UPC)

Avec le projet « Print’UP », l’université Paris Cité a pour objectif de créer un lieu d’interactions scientifiques et techniques entre la recherche académique et la filière industrielle dans le domaine de l’électronique imprimée pour la santé.

En parallèle, le projet a pour vocation de structurer la filière à l’échelle régionale, faciliter l’émergence de matériaux fonctionnels et de procédés d’impression innovants pour permettre à l’industrie de se les approprier. 

  • L’université de Paris Sciences et lettres (PSL)  

L’université va mettre en place un projet visant à accompagner et soutenir la valorisation de la microfluidique des acteurs académiques et industriels. PSL propose de changer de matériau utilisé classiquement pour la fabrication des objets microfluidiques afin de permettre une industrialisation à petite et moyenne série, en travaillant à des processus permettant le prototypage sur ces nouveaux matériaux (COC, PLA, …) en lien avec des industriels plasturgistes (moulistes, injecteurs,…).

L’université veut développer une interface utilisatrice pour la création de démonstrateurs permettant l’accélération des étapes d’intégration tout en proposant des formations avec les universités voisines pour diffuser ses savoir-faire.

Source