Blog

Innovation Santé

Partenariats Public-privé Dans Le Domaine De La…

Partenariats Public-privé Dans Le Domaine De La…

[]

Cet article original est paru sur le Blog du projet de santé publique de la FL.

Les trois dernières années ont redéfini la pratique et la gestion de la santé publique à l’échelle mondiale. De quoi aurons-nous besoin pour soutenir l’innovation au cours des trois prochaines années ?

En mai 2022, ASTHO (Association of State and Territorial Health Officials) a organisé un panel prospectif à leur TechXPO sur l’innovation en santé publique, avec un accent particulier sur les partenariats public-privé. Jim St. Clair, directeur exécutif de Linux Foundation Public Health, s’est exprimé aux côtés de représentants de MITRE, d’Amazon Web Services et du département de la santé de l’État de Washington.

= 1024 ) { /* large monitors */ var adEl = document.createElement(“ins”); placeAdEl.replaceWith(adEl); adEl.setAttribute(“class”, “adsbygoogle”); adEl.setAttribute(“style”, “display:inline-block;width:468px;height:60px”); adEl.setAttribute(“data-ad-client”, “ca-pub-9991619061707300”); adEl.setAttribute(“data-ad-slot”, “9089910088”); (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); } });window.addEventListener(“load”, function(){ var placeAdEl = document.getElementById(“td-ad-placeholder”); if ( null !== placeAdEl && td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1024 ) { /* portrait tablets */ var adEl = document.createElement("ins"); placeAdEl.replaceWith(adEl); adEl.setAttribute("class", "adsbygoogle"); adEl.setAttribute("style", "display:inline-block;width:468px;height:60px"); adEl.setAttribute("data-ad-client", "ca-pub-9991619061707300"); adEl.setAttribute("data-ad-slot", "9089910088"); (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); } });window.addEventListener("load", function(){ var placeAdEl = document.getElementById("td-ad-placeholder"); if ( null !== placeAdEl && td_screen_width Publicité

Trois concepts sont apparus et réapparus dans la discussion du panel : repenser les partenariats; durabilité et gouvernance; et conception pour l’avenir de la santé publique. Dans cet article de blog, nous plongeons dans chacun de ces concepts critiques et ce qu’ils signifient pour les communautés open source.

Repenser les partenariats

Le panel TechXPO s’est ouvert par une discussion sur les partenariats pour la modernisation des données en santé publique, un sujet tendance à la conférence TechXPO. Le Dr Anderson (MITRE) a noté que les projets de santé publique d’aujourd’hui exigent « non seulement un partenariat « public-privé », mais un « partenariat public-privé-communautaire ». Alors que les déploiements de vaccins, les applications numériques et les interventions de santé environnementale continuent d’être déployés à grande échelle, le besoin d’implication de la communauté dans la santé publique ne fera qu’augmenter.

Cependant, les partenariats communautaires ne doivent pas être considérés comme une simple « case à cocher » de plus en santé publique. Au contraire, les partenariats avec les communautés sont un moyen transformateur d’obtenir des commentaires tout en améliorant la convivialité et l’efficacité des interventions de santé publique. À titre d’exemple, le Dr Anderson a mentionné le succès VCI (Vaccination Credential Initiative), mentionnant «Lorsque les États ont commencé à s’associer pour fournir des données… et ont offert la possibilité aux individus de fournir des commentaires… plus il y avait de globes oculaires sur les données, plus les données étaient précises.»

Cardéa, un projet du LFPH axé sur l’identité numérique, a également bénéficié de partenariats public-privé-communautaires. Au cours des deux dernières années, Cardea a organisé trois hackathons communautaires pour tester l’interopérabilité entre d’autres outils qui utilisent la base de code de Cardea. Trevor Butterworth, vice-président de la société mère de Cardea, Indicio, expliqué ses réflexions sur l’implication de la communauté dans l’open source : « Plus les gens utilisent une solution open source, meilleure est la solution grâce aux tests de résistance et à l’innovation ; plus il s’améliorera, plus il évoluera car plus de gens voudront l’utiliser. Les partenariats de Cardea avec les secteurs public et privé incluent également Indicio, SITA et le département de la santé d’Aruba, démontrant le potentiel de diverses parties prenantes à s’unir autour d’objectifs de santé publique.

Les groupes communautaires sont également particulièrement bien placés pour stimuler l’innovation en santé publique : ils sont souvent sensibles aux problèmes urgents qui pourraient autrement passer inaperçus des intervenants institutionnels. Un exemple frappant est le Institut de soins exceptionnels (IEC), une organisation membre du LFPH axée sur le service aux personnes ayant une déficience intellectuelle et développementale, “fondée par des professionnels de la santé, dont beaucoup sont motivés par une expérience personnelle avec un proche handicapé”. L’IEC a récemment présenté un webinaire sur faire émerger les déficiences intellectuelles et développementales dans les données sur les soins de santé: le webinaire et les questions-réponses ont présenté les connaissances sur le terrain de cette communauté profondément impliquée et axée sur les solutions.

Durabilité et gouvernance

La durabilité est au cœur de tout projet open source viable et doit commencer par une stratégie complète et consensuelle. Comme James Daniel (AWS) l’a mentionné dans le panel TechXPO, il est crucial de déterminer “exactement ce qu’un service de santé publique veut accomplir, [and] quels sont leurs objectifs » avant qu’une solution ne soit élaborée. La définition de ces besoins et objectifs est également essentielle pour la durabilité et la gouvernance à long terme, comme l’a mentionné le Dr Umair Shah (WADOH) : « Vous ne voulez pas d’un scénario où vous commencez quelque chose et ça bégaie, s’interrompt et s’en va. Vous pourriez même faire valoir qu’il vaut mieux ne pas l’avoir commencé en premier lieu.

Il est souvent possible de répondre aux questions de durabilité et d’orientation du projet en réunissant les intérêts privés et publics autour de la même table avant le démarrage du projet. Ensemble, ces intérêts peuvent déterminer comment une solution open source potentielle pourrait être développée et utilisée. Comme Jim St. Clair l’a mentionné dans le panel : « Déterminer où il y a des intérêts communs et des valeurs partagées est quelque chose que le secteur privé peut aider à négocier. Même si une solution n’est finalement pas adoptée, ou si un partenariat ne se forme jamais, une discussion franche des préoccupations et des idées entre les parties prenantes des secteurs privé et public peut aider à clarifier les capacités et les intérêts à long terme de toutes les parties prenantes impliquées.

De plus, une discussion transparente des priorités, des questions et des idées en matière de santé publique entre les gouvernements des États, les entreprises privées et les organisations à but non lucratif peut aider à faire avancer l’innovation et les améliorations même lorsqu’il n’y a pas de projet spécifique à portée de main. A cet effet, le LFPH accueille un public Canal mou ainsi qu’hebdomadaire Réunions du Conseil consultatif technique (TAC) dans lequel nous hébergeons nouvelles idées de projets et présentations. Les discussions du TAC ont inclus des concepts d’architecture pilotée par les événements pour les données de santé, un maillage de partage de données de santé publique et des «jumeaux numériques» pour l’informatique et la recherche.

Concevoir pour l’avenir de la santé publique

De meilleurs partenariats, la durabilité et la gouvernance offrent des perspectives intéressantes pour ce qui peut être accompli dans les projets de santé publique open source dans les années à venir. Comme Jim St. Clair (LFPH) l’a mentionné dans le panel TechXPO : « Comment tirer parti de ces partenariats pour demander ‘Qu’est-ce qu’il y a d’autre sur la technologie d’investigation des maladies que nous pourrions envisager ? Quelles autres maladies, quels autres défis les autorités de santé publique ont-elles toujours eues ? » Ces défis ne seront pas relevés par des solutions à source fermée – plutôt, le succès des systèmes d’accréditation et de notification d’exposition interopérables et à source ouverte pendant la pandémie a montré que l’open-source source a le dessus lors de la création de solutions évolutives, performantes et internationales.

Jim St. Clair est non seulement optimiste pour relever de nouveaux défis, mais aussi pour relever des défis établis qui restent pressants : « Maintenant que nous avons eu une crise qui a permis ces capacités autour de la recherche des contacts et des notifications… [they] pourrait être mis à profit pour étendre et améliorer tous ces autres domaines traditionnels qui suscitent toujours des préoccupations brûlantes en matière de santé publique. Par exemple, prenons un défi de longue date dans le secteur de la santé aux États-Unis : « Par où commencer… pour aider à réduire les coûts et à améliorer les performances et l’efficacité avec la livraison de Medicaid ? … Quelles nouvelles stratégies pourrions-nous appliquer en santé de la population qui commencent à aborder des modèles de prestation de soins rentables centrés sur le patient ? »

Les défis à grande échelle en matière de soins de santé et de santé publique tels que la santé mentale, les maladies transmissibles, le diabète – et même la réforme de Medicaid – ne seront accomplis qu’en réunissant systématiquement toutes les parties prenantes autour de la table, en déterminant comment soutenir durablement les projets et en offrant une valeur transparente aux patients , les populations et les organismes du secteur public. LFPH a poursuivi une vision commune autour de l’utilisation de l’open source pour améliorer nos communautés, en poursuivant la même résolution que les divers groupes qui se sont réunis à l’origine pour créer des solutions COVID-19. Le voyage open source en santé publique ne fait que commencer.

Source