Blog

Innovation Santé

Ni eau, ni savon, 50% des établissements…

Ni eau, ni savon, 50% des établissements…

Ces installations ne disposent ni d’eau, ni de savon ou de gel hydroalcoolique dans les pièces où les patients reçoivent des soins ou dans les toilettes, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’agence pour l’enfance de l’UNICEF.

Ces installations sont utilisées par quelque 3,85 milliards de personnes, qui sont ainsi exposées à des risques accrus d’infection.

Selon les deux agences onusiennes, 688 millions de personnes reçoivent des soins dans des installations démunies de tout.

Les installations et les pratiques d’hygiène dans les établissements de santé ne sont pas négociables“, a déclaré Maria Neira, la directrice chargée de la santé publique et de l’environnement à l’OMS, dans un communiqué.

Leur amélioration est essentielle au rétablissement, à la prévention et à la préparation en cas de pandémie“, a-t-elle souligné.

L’hygiène dans les établissements de santé ne peut être garantie sans augmenter les investissements dans les mesures de base, qui comprennent l’eau potable, des toilettes propres et la gestion en toute sécurité des déchets médicaux“, a ajouté la docteure Neira.

Les hôpitaux et les cliniques sans eau potable et sans services d’hygiène et d’assainissement de base sont un piège mortel”

Ces nouveaux chiffres, établis sur les données de 40 pays, présentent une “image alarmante” de l’état de l’hygiène dans les établissements de santé.

Le rapport souligne que 68% des établissements de santé disposaient d’équipement d’hygiène dans les points de soins et que 65% disposaient d’installations de lavage des mains avec de l’eau et du savon dans les toilettes. Cependant, seulement 51% avaient les deux, et remplissaient donc les critères des équipements d’hygiène de base.

En outre, 9% des établissements de santé dans le monde n’ont ni l’un ni l’autre.

Si les prestataires de soins de santé n’ont pas accès à des produits d’hygiène, les patients n’ont pas d’établissement de santé“, a déclaré Kelly Ann Naylor, chargée à l’UNICEF des questions liées à l’eau, l’assainissement et à l’hygiène.

Les hôpitaux et les cliniques sans eau potable et sans services d’hygiène et d’assainissement de base sont un piège mortel potentiel pour les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants“, a-t-elle souligné, ajoutant que “chaque année, environ 670 000 nouveau-nés perdent la vie à cause d’une septicémie. C’est une tragédie, d’autant plus que leur décès est évitable“.

Le rapport indique que les installations en Afrique subsaharienne sont à la traîne, avec seulement 37% d’entre elles disposant d’installations pour se laver les mains avec de l’eau et du savon dans les toilettes.

À l’échelle mondiale, environ 3% des établissements de santé dans les zones urbaines et 11% dans les zones rurales n’avaient pas d’eau courante.

Avec AFP

Source