AutonomY : l’agence interdépartementale qui œuvre pour l’autonomie et le bien vieillir Leave a comment

Première structure entièrement dédiée à l’autonomie en France, l’agence AutonomY souhaite favoriser le bien vieillir en venant en aide aux séniors, aux personnes en situation de handicap et à leurs aidants.

Alors que le gouvernement a officiellement lancé le 1er janvier 2021 la cinquième branche de la Sécurité sociale dédiée à l’autonomie, l’agence interdépartementale développe des projets autour du bien vieillir, en collaboration avec de nombreux acteurs publics et privés. L’objectif ? Apporter une réponse au défi démographique lié au vieillissement de la population. En effet d’ici 2030, un tiers des Français auront plus de soixante ans.

« Cette agence a été créée à l’initiative du département des Yvelines et des Hauts-de-Seine, mais aussi de l’association INVIE qui accompagne et innove dans l’aide à la personne. La France comme de nombreux pays dans le monde est confrontée au vieillissement de sa population ; cela devient un véritable enjeu sociétal auquel nous devons répondre. Notre but est d’informer, de structurer et de coordonner les différentes offres de services, de promouvoir le bien vieillir et les innovations dans ce domaine, et de favoriser l’habitat inclusif », explique Asmae Chouta, Directrice Générale de l’agence.

Un travail collaboratif autour du bien vieillir

Face à cette grande cause nationale, l’agence interdépartementale de l’Autonomie concentre ses efforts autour de trois pôles d’expertise que sont les offres de services, l’innovation, et la formation métier.

« Pour mener à bien ces projets ambitieux, nous travaillons de concert avec des associations, des partenaires de formation, des mutuelles, et avec des membres de l’Agence Régionale de Santé (ARS) ; tous unis derrière cette même cause ».

L’agence AutonomY souhaite tout d’abord regrouper l’ensemble des offres de services (services à domicile, soins infirmiers) au sein d’un catalogue numérique. Les offres peuvent ainsi être consultées en ligne, mais aussi par téléphone grâce à l’ouverture d’une ligne dédiée, ainsi qu’à des guichets physiques répartis aux quatre coins du territoire. « À travers ce dispositif, notre volonté est de rendre l’information accessible au plus grand nombre en faisant le lien entre les personnes en perte d’autonomie et les professionnels de santé », ajoute Asmae Chouta.

En termes d’innovation, l’agence apporte son savoir-faire et son expertise à des start-up de la Silver economy grâce à un programme nommé e-tonomy boost.

« Notre rôle ici est de conseiller ces start-up pour accélérer leur projet dans le domaine de la e-santé. Nous leur apportons notamment l’accès au marché et le territoire d’expérimentation dont ils ont besoin ».

Formation métier : un partenariat avec les groupes Monoprix et Korian

Le troisième pôle mis en place par l’agence valorise la formation métier ; un domaine hautement stratégique à l’heure où le secteur de la santé manque de personnel formé.

« Les métiers de l’aide à la personne connaissent une profonde crise. Nous travaillons notamment avec le groupe Monoprix et le groupe d’Ehpad Korian pour permettre à des hôtesses de caisse qui voient leur emploi menacé par la digitalisation, d’effectuer une formation pour devenir aide-soignante, sans rupture d’activité. Dans l’approche de leur métier, les hôtesses de caisse possèdent déjà certaines compétences utiles au métier d’aide-soignante, à savoir l’approche humaine et le contact. Une fois diplômées, ces personnes peuvent quitter leur poste pour signer un CDI avec Korian ».

Visite de la ministre déléguée aux Solidarités

Lundi 13 décembre, la ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, Brigitte Bourguignon, a fait le déplacement dans les locaux de l’agence AutonomY. La membre du gouvernement s’est alors dite « très impressionnée » par les différentes missions menées avec détermination par l’agence.

« À l’occasion de cette visite, notre pôle innovation a recréé un appartement de “monsieur et madame tout le monde” dans lequel nous avons pu installer différents types de capteurs. La start-up MySmartJarvis qui propose des services de majordomes commandables depuis une tablette nous a notamment permis de mettre en relief l’apport technologique auprès des personnes en perte d’autonomie. À travers cette installation, notre volonté était également de démontrer la nécessité de former le personnel à l’utilisation de ces nouveaux outils technologiques. Notre agence a d’ailleurs créé un module “Médiateur du numérique” au sein de ses formations afin de répondre à cet enjeu-là ».

Un Campus des métiers prévu pour 2025

Pour relever ce défi démographique, l’agence interdépartementale de l’Autonomie travaille activement sur la création d’un Campus des métiers : un programme pédagogique et immobilier de 10 000 mètres carrés qui permettra, à l’horizon 2025, de former 5 000 étudiants chaque année en proposant de nombreuses passerelles entre les professions.

« À terme, que ce soit pour les personnes en situation de handicap ou les personnes âgées, l’objectif est que le domicile devienne la norme, et que le placement en établissement devienne une exception ! », conclut la directrice.

(Crédit photo : Nicolas Duprey)

Article écrit par

Author

Ce texte est publié sous la responsabilité de son auteur. Son contenu n’engage en aucun cas la rédaction des Echos Solutions.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SHOPPING CART

close
Search
×