Auvergne-Rhône-Alpes veut créer un biocluster pour anticiper les prochaines pandémies Leave a comment

Améliorer les échanges entre chercheurs et industriels pour aller plus vite et plus loin dans la lutte contre les maladies infectieuses et émergentes : c’est l’objectif du biocluster que la Région souhaite mettre en place.

L’été dernier, dans le cadre du plan Innovation Santé 2030, Emmanuel Macron avait annoncé la création de trois bioclusters pour une enveloppe de 300 millions d’euros. Cette semaine, les élus de la Région ont redit leur détermination à en accueillir un, s’appuyant sur les nombreux acteurs de la santé implantés en Auvergne-Rhône-Alpes.

Anticiper les profils des dix prochains virus

Quand on sait que 70% des pandémies trouvent leur origine dans le monde animal, on doit pouvoir être capable de mener des recherches encore plus poussées pour isoler les pathogènes et mettre au point des vaccins avant même que ces nouveaux virus n’arrivent chez l’homme“, explique le virologue Bruno Lina.

N’est-ce pas déjà les missions menées par les laboratoires de recherches ?Si bien sûr, mais nous pouvons faire beaucoup mieux. Nous avons d’excellents chercheurs et d’excellentes entreprises. Le lien entre les deux peut être renforcé… Nous l’avons vu pendant la crise du Covid-19“, poursuit Philippe Sans, président de Lyonbiopôle Auvergne-Rhône-Alpes.

Rien de plus logique que ce futur biocluster, qui permettrait de prétendre à de nouveaux financements en France et en Europe, s’installe dans la région et qui plus est à Lyon. “Le berceau historique du vaccin et du diagnostic“, rappellent les élus. Avec l’objectif d’anticiper les profils des dix prochains virus.

Première région industrielle de France et cinquième région européenne en recherche publique-privée en matière de santé, la région bénéficie de l’écosystème le plus à même de porter ce projet de biocluster européen d’immunoinfectiologie“, défend Yannick Neuder, vice-président à la région chargé notamment de la recherche.

Un premier biocluster s’est déjà développé sur la cancérologie à Saclay, en région parisienne. Aucun calendrier n’a pour l’heure été indiqué par le gouvernement, depuis les annonces d’Emmanuel Macron.

Source

Leave a Reply

SHOPPING CART

close