Foncière santé d’Icade : poursuite de la croissance dans le court et le long séjour, en Italie et en Allemagne Leave a comment

En matière d’investissement, l’immobilier reste un secteur riche d’opportunités. Ainsi, « l’inflation, les objectifs de neutralité carbone et l’évolution du commerce » constituent, selon M&G Real Estate qui a récemment publiés ses « perspectives mondiales pour l’immobilier », « les principaux défis et opportunités ».

A propos de l’inflation, l’investisseur fait valoir que « des mesures de relance budgétaire considérables et, plus récemment, des problématiques liées aux chaînes d’approvisionnement ont contribué aux pressions inflationnistes qui affectent désormais de nombreuses économies dans le monde. Si les banques centrales semblent réticentes à relever les taux d’intérêt en réponse à des facteurs qui pourraient s’avérer transitoires, le débat se poursuit quant au niveau des taux et leur durée ». Dans ce contexte, côté opportunités, M&G Real Estate relève que « même dans un scénario d’inflation accrue et persistante, l’immobilier, en tant qu’actif réel, constitue un investissement potentiellement attractif qui offre une certaine protection » ; que « la demande refoulée et les importants niveaux d’épargne des ménages en Europe sont de bon augure pour l’économie et pour les investisseurs immobiliers dans des domaines tels que la restauration et l’hôtellerie ». Ou encore que « les investisseurs en Asie Pacifique continuent d’être en quête de rendements immobiliers, dans un contexte de divergence persistante entre l’immobilier et les obligations ».

S’agissant de l’ESG, l’investisseur souligne une « polarisation croissante de la valeur des actifs en fonction de leur qualité et des exigences des occupants en matière de durabilité » ou encore que  « la technologie a des conséquences notables sur de nouveaux secteurs comme les sciences de la vie et les centres de données ». Du coup, « l’investissement dans des unités liées aux sciences de la vie offre un vaste éventail d’opportunités allant des technologies aux espaces de bureau, en passant par le logement étudiant et l’immobilier résidentiel »…

Enfin, pour ce qui concerne le commerce, « si la crise sanitaire a accéléré la tendance déjà à l’œuvre en faveur du e-commerce, il semble que les consommateurs d’aujourd’hui veuillent continuer de bénéficier des avantages des deux types de distribution » estime M&G Real Estate pour qui « après un ralentissement prolongé, le secteur du commerce pourrait connaître un tournant dans son cycle. La hausse des valorisations et l’embellie sur certains pans du marché pourraient être des signes avant-coureurs. Les loyers pourraient se stabiliser, voire augmenter dans le sillage de la reprise économique, et potentiellement satisfaire des investisseurs en quête de rendements ». Dans ce contexte, côté opportunités, « les points de vente physiques représentent une composante essentielle du modèle du « click and collect ». De nombreux distributeurs en ligne concluent des partenariats avec des magasins physiques pour améliorer l’expérience clients et faciliter les retours de commandes »… Et « la baisse des loyers peut inciter de nouveaux acteurs à se positionner sur des surfaces et à lancer des concepts innovants, contribuant ainsi à la diversification des portefeuilles de locataires ».

Une analyse qui laisse présager d’un marché de l’investissement qui devrait rester actif l’an prochain…

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SHOPPING CART

close
Search
×