La « travel therapy » : quand… Leave a comment


@KAL VISUALS

Une étude de l’université australienne Edith Cowan (ECU) révèle que le voyage peut avoir un impact positif sur les personnes souffrant de problèmes de santé mentale. La « travel therapy » serait bénéfique pour toutes et tous.

Menée en collaboration avec le Centre for Precision Health et l’école de commerce et de droit de l’université australienne Edith Cowan (ECU), l’étude démontre que le départ en vacances peut avoir un impact positif sur les personnes souffrant de problèmes de santé mentale. D’une manière générale, voyager procure une sensation de bien-être grâce à plusieurs facteurs.

Le fait de découvrir de nouveaux environnements et de vivre de nouvelles expériences peut apporter une stimulation cognitive et sensorielle. De plus, le fait de pratiquer une activité physique apporte du bien-être supplémentaire. Les vacances sont également des temps plus sociaux, durant lesquelles les repas sont des moments agréables. L’air frais et la vitamine D du soleil viennent compléter tous ces bienfaits.

« Il a été constaté que le tourisme améliore le bien-être physique et psychologique. Ainsi, après le COVID, c’est le bon moment pour identifier la place du tourisme dans la santé publique – et pas seulement pour les touristes en bonne santé, mais aussi pour les groupes vulnérables. », explique le chercheur principal de l’étude, le docteur Jun Wen.

Une étude publiée par l’agence de promotion Auvergne-Rhône-Alpes tourisme a démontré récemment les bienfaits de la Montagne pour le corps et l’esprit, chiffres scientifiques à l’appui.



Source

Leave a Reply

SHOPPING CART

close