Innovation en santé pour tous Leave a comment


Malgré de multiples avancées technologiques dans la lutte pour contrôler le Covid-19, deux fois plus de personnes en sont mortes en 2021 par rapport à 2020. Le variant Omicron est un rappel brutal que des vaccins efficaces ne sont que la première étape vers la fin de la pandémie. Tant que nous n’aurons pas établi un processus pour fabriquer des vaccins à grande échelle et les distribuer là où ils sont nécessaires, nous n’aurons pas la capacité collective de freiner cette pandémie ou toute future pandémie.

L’inégalité honteuse dans la distribution mondiale des vaccins montre que nous ne pouvons pas compter uniquement sur les monopoles, les impératifs commerciaux et les efforts caritatifs si nous voulons atteindre l’objectif de l’Organisation mondiale de la santé de « la santé pour tous ». Comme le conclut le Groupe indépendant de l’OMS sur la préparation et la riposte aux pandémies, nous avons besoin d’un système d’innovation de bout en bout coordonné à l’échelle mondiale, dans lequel les règles de propriété intellectuelle (PI) et les politiques fiscales sont conçues pour soutenir la collaboration entre les secteurs public et privé. La quantité et la qualité du financement doivent être restructurées autour de l’objectif primordial de fournir des technologies de santé essentielle en tant que bien commun mondial.

La valeur de l’innovation en santé est créée par de nombreux participants, notamment des instituts de recherche, des entreprises, des gouvernements, des organisations internationales, des organisations philanthropiques, des scientifiques et des participants aux essais. Les fruits de ce travail collectif ne doivent pas être exclusivement entre les mains des sociétés pharmaceutiques dont la principale priorité est de maximiser les rendements des actionnaires. Ce modèle extractif a prolongé la pandémie et sapé la reprise économique.

La valeur créée collectivement doit être gouvernée collectivement. Et les vaccins contre le Covid-19 doivent être considérés comme des « vaccins du peuple », comme l’ont soutenu de nombreux universitaires et dirigeants politiques éminents. Ces vaccins ont bénéficié d’un financement public sans précédent, mais ils restent largement sous le contrôle exclusif de monopoles privés.

Une poignée de pays riches ont bloqué une proposition largement soutenue à l’Organisation mondiale du commerce de renoncer à la protection de la propriété intellectuelle pour les technologies liées à la pandémie, faisant passer les intérêts des sociétés pharmaceutiques avant l’équité et la solidarité mondiales en matière de santé. Nous devons nous assurer que les futurs vaccins contre la variante Omicron – développés à l’aide de données de séquençage génétique que les chercheurs sud-africains ont partagées ouvertement – ​​seront accessibles à tous.

A cette fin, nous ne pouvons pas continuer simplement à corriger les défaillances du marché par le biais de dons, de mécanismes de partage volontaire comme le pool d’accès à la technologie Covid-19 (C-TAP) ou de licences volontaires restrictives. Nous devons aller au-delà des solutions marginales et imaginer un nouveau système d’innovation en santé, comme l’a souligné le Conseil de l’OMS sur l’économie de la santé pour tous.

Tout d’abord, cela signifie lutter contre les inégalités mondiales actuelles dans les capacités et les infrastructures d’innovation en encourageant les réseaux d’innovation locaux et régionaux et les efforts de renforcement des capacités qui ciblent les pays à revenu faible et intermédiaire. La technologie et le savoir-faire doivent être partagés pour corriger les disparités historiques créées par l’application généralisée des droits de propriété intellectuelle, qui a systématiquement favorisé ceux qui disposent de capacités technologiques existantes. Nous devons promouvoir la science ouverte, l’intelligence collective et le partage des données de santé publique, tout en veillant à ce que les informations ne soient pas utilisées à des fins extractives ou disciplinaires.

Deuxièmement, le financement stratégique à long terme doit être orienté vers la mise en place de systèmes d’innovation en santé de bout en bout régis dans le but de fournir des biens communs. La plupart des innovations en matière de santé sont soutenues par d’importants investissements publics – soit directement, soit par des investissements privés de réduction des risques – dont le public devrait bénéficier. Le financement public doit être assorti de conditionnalités pour garantir une large disponibilité, des prix équitables, la transparence et le partage des technologies. Et parce que le financement privé joue également un rôle essentiel dans l’innovation en matière de santé, les conditionnalités, les réglementations et les incitations devraient être utilisées pour forger des partenariats public-privé symbiotiques et pour aligner les investissements privés sur l’objectif de la santé pour tous.
Troisièmement, les technologies de santé critiques doivent être considérées comme faisant partie d’un bien commun mondial plutôt que comme le droit exclusif des monopoles privés de propriété intellectuelle. Les brevets ne devraient couvrir que les innovations fondamentalement nouvelles et utiles. Pour éviter la privatisation des outils de recherche, des processus et des plateformes technologiques, les brevets devraient se concentrer sur les inventions en aval, et ils devraient être facilement licenciables, avec des engagements à partager la technologie et le savoir-faire pour faciliter l’innovation de suivi, comme le prévoyait initialement la loi sur les brevets. Ces changements appellent une révision approfondie des règles relatives aux brevets et de leur application. Le débat actuel sur la renonciation à la propriété intellectuelle de l’OMC doit être considéré dans ce contexte plus large.

Enfin, les conseils d’administration et les investisseurs des sociétés pharmaceutiques ont un rôle à jouer dans la transformation de ce modèle brisé. Tout comme les investisseurs exigent des mesures contre le changement climatique, ils peuvent également exiger que les entreprises accordent une haute priorité à un accès équitable et à un partage plus large des technologies. Ils peuvent également promouvoir des modèles de gouvernance d’entreprise qui partagent la valeur équitablement entre toutes les parties prenantes, et pas seulement les actionnaires. Cette action pourrait se traduire par un mandat pour se concentrer sur les besoins de santé publique pendant les crises, et  limiter ou éviter les rachats d’actions (en particulier dans le cas des entreprises qui bénéficient de la recherche financée par l’État).

Nous sommes à court de temps. Pour contrer la pandémie de Covid-19 et les futures crises sanitaires, il faudra adopter une approche holistique et mondiale pour gouverner l’innovation en santé. L’objectif doit être de fournir un accès rapide et équitable aux vaccins, aux produits thérapeutiques, aux diagnostics et aux fournitures essentielles partout, et non de protéger les profits des monopoles.

Par Mariana Mazzucato et Jayati Gosh
Mariana Mazzucato, professeure en économie de l’innovation et de la valeur publique à l’University College London, est directrice fondatrice de l’UCL Institute for Innovation and Public Purpose.
Jayati Ghosh, secrétaire exécutif d’International Development Economics Associates, est professeur d’économie à l’Université du Massachusetts à Amherst.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SHOPPING CART

close
Search
×