Métiers portuaires et économie verte : Bordeaux Technowest vise deux nouvelles antennes en 2022 Leave a comment

Avec un budget annuel de 2,7 millions d’euros, alimenté aux deux tiers par les collectivités locales et pour un tiers par des financements privés, Bordeaux Technowest accompagne déjà 80 startups en Gironde. L’incubateur créé en 1989 a ainsi ouvert au fil des années sept sites, tous situés sur la rive gauche de la métropole bordelaise, et une 8e antenne dédiée à la foodtech et la winetech à Libourne début 2021.

Winetech et foodtech : deux incubateurs ouvrent leurs portes en Gironde

Mais en 2022, François Baffou, le directeur général prévoit enfin d’étendre son maillage territorial sur la rive droite de l’agglomération avec la création de deux nouvelles pépinières de startups. La première devrait voir le jour au 1er trimestre en partenariat avec le Grand port maritime de Bordeaux (GPMB), qui poursuit ainsi sa stratégie d’ouverture sur le territoire initiée depuis deux ans par son directeur général Jean-Frédéric Laurent.

Un pôle dédié à l’innovation

“L’objectif est d’accueillir une dizaine de startups d’ici deux ans pour travailler sur les métiers du naval, du portuaire, de l’estuaire avec des enjeux tels que la surveillance, la sécurité, la bathymétrie [ la science de la mesure des profondeurs et du relief de l’océan] ou encore l’énergie et notamment l’hydrogène”, précise François Baffou à La Tribune, qui entend structurer plus largement “un pôle dédié à l’innovation et la transformation numérique non seulement avec le port mais aussi toutes les entreprises qui y travaillent, à l’instar de qu’on fait sur l’aéronautique et le spatial autour d’Aéroparc”.

Bordeaux Aéroparc : le Cockpit dédié à l’innovation et à l’entrepreneuriat sera livré en 2023

Cette 9e antenne de Bordeaux Technowest devrait marcher sur deux pieds avec des locaux dédiés au siège du GPMB sur la rive gauche, à Bacalan, et un site sur la rive droite, au cœur des installations portuaires pour être en contact direct avec les professionnels et leurs problématiques, en particulier sur le projet de production d’hydrogène.

L’économie verte en lien avec la 3e OIM

Un peu plus loin sur la rive droite – l’emplacement n’est pas encore décidé – la 10e implantation de Technowest verra le jour au second semestre 2022 en lien étroit avec la 3e OIM (opération d’intérêt métropolitain) qui est en cours d’élaboration. Officialisée début 2020, le périmètre et le contenu de cette OIM ne sont pas encore formellement arrêtés mais elle devrait tourner autour des métiers de la transition écologique et de la rénovation thermique. Des thèmes que l’incubateur reprend logiquement à son compte pour sa future implantation comme le confirme François Baffou : “L’objectif est de travailler sur les métiers et les enjeux de l’économie verte, de la décarbonation, de la rénovation thermique des bâtiments mais aussi de l’économie circulaire, du réemploi et des énergies renouvelables et, possiblement de la silver économie. Tout ce qui forme l’économie de la transition.”

La première École de la rénovation énergétique ouvrira à Bordeaux en octobre

Des thématiques qui recoupent celles de certaines implantations existantes – La Source à Bordeaux, Newton à Bègles, l’écoparc de Blanquefort et Copernic à Saint-Médard-en-Jalles – mais l’idée est bien d’aller chercher de la transversalité. “Au-delà de la thématique, c’est une démarche de maillage territorial de la métropole pour permettre à des entrepreneurs de la rive droite d’avoir un pôle d’accueil et d’accompagnement de proximité”, souligne le directeur général.

Le sport et la santé en ligne de mire

Enfin, ce n’est pas une onzième implantation mais Bordeaux Technowest regarde aussi de près la thématique de la santé et du sport en partenariat avec la clinique du sport Bordeaux-Mérignac. Celle-ci inaugurera au mois de décembre le Médical Stadium, un complexe de 6.000 m2 opérationnel depuis la rentrée et dédiée à la santé des sportifs, notamment les professionnels. “Un espace au sein du Médical Stadium devrait être dédié aux startups pour qu’elles aient un accès direct aux professionnels de santé pour tester leurs innovations”, prévoit François Baffou.

Pourquoi l’ESG Sport installe ses 300 étudiants au sein du Matmut Atlantique

Pierre Cheminade

29 Nov 2021, 6:18

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SHOPPING CART

close
Search
×