SANTÉ : Le CHU Dijon Bourgogne engagé dans un écosystème de données pour la recherche Leave a comment

16 centre hospitaliers représentant 40 % de la population nationale, dont le CHU Dijon Bourgogne, mutualisent trois hubs interrégionaux de données de santé. L’amélioration du potentiel de ces données est recherchée.

Données massives en santé :

construction d’un écosystème d’innovation entre trois réseaux de CHU

Un enjeu majeur pour les CHU

Les CHU sont concernés et investis à un double titre sur les données massives en santé, le Big Data : en tant que producteurs de données et en tant qu’utilisateurs experts des données pour la recherche.

Trois réseaux de CHU, le G4, le GGEST et HUGO, travaillent depuis plusieurs années à la structuration coordonnée d’entrepôts de données de santé au sein de leurs établissements, tout en se plaçant d’emblée dans une perspective collaborative. Rassemblant leurs expertises, ils ont constitué des hubs interrégionaux de données de santé, dénommés RiCDC, PAISaGE et Data4Health, respectivement pour HUGO, le GGEST et le G4. Ces hubs interrégionaux, ont pour objectifs de faciliter l’atteinte de masses critiques, la mutualisation de compétences et l’interopérabilité des données.

Ces 3 groupements réunissent 16 CHU/CHR et couvrent un bassin de population représentant plus de 40% de la population nationale. C’est en s’appuyant sur la légitimité offerte par cette assise, ainsi que sur leurs réseaux d’experts cliniques et scientifiques, qu’ils souhaitent diffuser et partager leur vision sur l’organisation à mettre en œuvre pour que les données de santé collectées dans les hôpitaux soient utiles aux patients.

Les groupements présentent aujourd’hui une stratégie commune pour prendre leurs responsabilités dans cet enjeu majeur pour notre système de santé.

Une stratégie commune

La qualité des données est au cœur de cette stratégie. Au-delà même de la crédibilité de la recherche sur données massives, c’est la confiance des professionnels de santé et des patients dans les innovations développées, et donc leur utilité, qui est en jeu.

Afin d’améliorer la qualité des données, les trois réseaux mutualisent les expertises cliniques et en traitement des données qui sont présentes à très haut niveau dans leurs CHU et les unités de recherche associées. Ils organisent des ateliers pour accompagner la mise en place et la mise en réseaux des entrepôts de données, par exemple avec la CNIL pour préciser les conditions de faisabilité des projets associant des données issues de plusieurs établissements. Ils prévoient de développer des formations communes sur les données de santé.

La stratégie met également l’accent sur l’interopérabilité des données. Cet axe essentiel pour améliorer le potentiel des données se concrétise par exemple par des travaux visant à standardiser certains jeux de données autour de la réalisation de projets scientifiques communs.

Ce partenariat est animé par un comité stratégique et un comité scientifique.

Par cette stratégie commune, les trois réseaux de CHU participent à la construction d’un écosystème d’innovation pour notre pays, fondé sur la subsidiarité et la collaboration. Ils se positionnent comme des relais pour faire vivre les écosystèmes locaux, faire émerger et accompagner les projets sur données massives au plus près des acteurs de la recherche et de l’innovation, et des usagers.

Interrégion Nord-Ouest

4 CHU
14% de la population nationale
39 500 professionnels de santé
https://www.girci-no.fr/nos-partenairespartenaires

Interrégion Est

6 CHU/CHR
12,5% de la population nationale
42 900 professionnels de santé
https://gcsgrandest.fr

Interrégion Grand Ouest

6 CHU/CHR – 2 CH – 1 CLCC
14,5% de la population nationale
55 000 professionnels de santé
https://www.chu-hugo.fr

Communiqué

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SHOPPING CART

close
Search
×